Philippe LHUILLIER

 Psychologue clinicien

Formé à la psychopathologie et à la psychothérapie d’inspiration analytique, la découverte de la psychothérapie intégrative m’a conduit à m’intéresser à d’autres approches, dont l’hypnose, les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et la thérapie d’intégration neuro-émotionnelle par stimulations sensorielles (EMDR), que j’utilise dans ma pratique de psychologue clinicien et de psychothérapeute.

J’ai débuté dans le domaine socio-éducatif sur des fonctions d’éducateur spécialisé. J’ai ensuite exercé dans le domaine du sport (préparation psychologique de sportifs de haut niveau, moniteur de parapente) et dans l’ingénierie de formation.

Actuellement, je suis conseiller à la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Franche-Comté et psychologue clinicien au Service de santé des armées.

 Hypnothérapeute

J’ai découvert l’hypnose sur le parvis du centre Beaubourg à Paris dans les années 1980. Un des saltimbanques du spectacle de rue pratiquait ce que l’on appelle « l’hypnose de music-hall ». Celui-ci a « hypnotisé » un spectateur qui est resté coucher sur le bitume, la tête en dévers, pendant au moins une heure. Intrigué, je lui ai posé cette question « comment se fait-il que vous ayez pu rester dans cette position aussi longtemps ? », à quoi il m’a répondu "parce que j’étais bien".

Contrairement à la croyance, on ne peut pas être hypnotisé contre sa volonté. Si une personne fait ce que l’hypnotiseur lui demande, c’est qu’elle accepte la suggestion.

En 1984, j’ai suivi la formation du Centre de sophrologie médicale de Paris (le mot « hypnose » ayant disparu du vocabulaire en France). Parallélement, aux Etat-Unis se développaient : l’hypnose éricksonnienne, la PNL, le rebirth, la respiration holotropique, la pleine conscience, etc. Toutes ces approches sont par la suite arrivées en Europe. En 1996, je me suis perfectionné au Centre de formation à l’hypnose clinique de Paris.

Actuellement, l’hypnose a retrouvé ses lettres de noblesse en se réappropriant ce qui lui a appartenu : l’état modifié de la conscience (EMC). Les médecins, psychologues, infirmières se forment de plus en plus à cette technique.

 Psychothérapeute intégratif

La psychothérapie intégrative met l’accent sur la compréhension et le traitement de la personne, en tentant une intégration de ses émotions, sa pensée, son comportement, ses sensations corporelles et ses relations sociales. Elle fait référence à la réunion du système cognitif, affectif et physiologique d’un individu, tout en étant conscient des aspects sociaux qui entourent la personne : « L’homme est défini comme un être bio-psycho-social, ce qui inclut l’économique, le culturel, l’éthique, le religieux et le politique » (Jacques Lesage de La Haye - Introduction à la psychanalyse de Reich).

Un psychothérapeute intégratif adapte et intègre dans son travail thérapeutique les techniques cognitivo-comportementales, analytiques, humanistes (PNL, Gestalt, hypnose éricksonienne), systémique, voire des techniques de développement personnel (yoga, qi gong, tai-chi-chuan). Ces stratégies thérapeutiques sont personnalisées et adaptées à chacun. Le thérapeute mettra l’accent sur l’établissement d’une compréhension collaborative avec son patient et sur l’établissement d’objectifs mutuellement convenus.


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 10 février 2015
par  Philippe LHUILLIER

Consultations

Philippe LHUILLIER
Psychologue clinicien – Hypnothérapeute
Psychologue de réserve du Service de santé des armées, je suis spécialisé dans la prise en charge du traumatisme psychique.
Je consulte les jeudis au Centre médical des armées à Besançon (Quartier Joffre).
Seuls peuvent (...)

mardi 10 février 2015
par  Philippe LHUILLIER

Parcours

Titre de psychologue clinicien et de psychothérapeute (Université de Paris VIII) - ADELI 25 93 0420 2
Diplôme d’université Psychothérapie analytique et psychopathologies somatiques (Université de Franche-Comté)
Diplôme d’université Hypnose médicale et clinique (Faculté de médecine - (...)