La perceptude de François Roustang

vendredi 22 juillet 2016
par  Philippe LHUILLIER

Pour François Roustang, l’hypnose est le chemin qui met en lumière la perceptude : « L’état d’hypnose, tel que je le comprends, ne serait rien d’autre que la perceptude. Elle est à la fois ce qui est toujours présent à nos vies et toujours supposé pour que nous puissions appréhender quelque chose du monde environnant. C’est ce que disent à leur manière les praticiens de l’hypnose : il existe une hypnose quotidienne qu’il n’est nul besoin de nommer hypnose, car le moindre geste, celui de la marche, de la lecture ou de l’écriture, pour être accompli avec aisance, suppose l’absorption et l’oubli. Et d’autre part tout humain est hypnotisable, c’est à dire qu’il peut avoir accès au fondement, il peut se rendre d’où il vient. La perceptude est là en effet sous-jacente à toute perception, mais par ailleurs les hypnotiseurs prétendent la faire passer au premier plan et en proposent l’expérience. Donc la mettre à la lumière du jour, alors qu’elle agit dans la lumière de la nuit. En d’autres termes, l’état hypnotique est partout et il s’agirait de le faire apparaître quelque part. Etrange procédure parce qu’elle aboutirait alors à l’apparition d’un fond sans la figure ou d’un contexte qui aurait perdu son texte ». François ROUSTANG - Il suffit d’un geste - Ed. Odile Jacob - 2003

Télécharger au format PDF "LES GESTES DU LÂCHER PRISE" de François Roustang

Télécharger au format PDF "L’ESSENTIEL DU TRAVAIL DU THERAPEUTE CONSISTE A NE RIEN FAIRE" de François Roustang