L’hypnose

lundi 9 novembre 2015
par  Philippe LHUILLIER

L’hypnose est un état modifié de la conscience (EMC), mais aussi un état de veille paradoxale (François Roustang) ou un quatrième état (Léon Chertok). C’est un mode de fonctionnement particulier qui fait apparaître des possibilités d’action de l’esprit sur le corps (phénomène psychosomatique) et de travail thérapeutique. L’hypnose est indiquée dans le stress, le tabagisme, les tocs, les pathologies addictives, les troubles psychosomatiques, les phobies, la dépression et beaucoup d’autres comportements.

L’état modifié de la conscience (EMC)

Un EMC peut être provoqué soit par des substances psychotropes, comme l’alcool, le cannabis, l’ecstasy, la cocaïne ou tout hallucinogène, ils sont alors appelés « états altérés de conscience », soit par intervention psychologique, comme l’hypnose, relaxation, sophrologie, yoga, etc.

L’EMC est un état dans lequel un sujet, en utilisant l’induction hypnotique, la relaxation, la sophrologie, le yoga, etc., seul ou avec l’aide d’une autre personne, parvient à faire abstraction de la réalité environnante, tout en restant en relation avec le monde extérieur. Ce mode de fonctionnement fait apparaître des possibilités d’action de l’esprit sur le corps (phénomène psychosomatique), ou de travail psychologique à un niveau inconscient au cours duquel l’attention de la personne s’accompagne le plus souvent d’un sentiment de relaxation profonde.

L’état modifié de conscience est une situation différente de l’état de conscience ordinaire et de l’état se sommeil. L’EMC se situe entre la veille et le sommeil. Au cours de cet état, contrairement à une croyance répandue, la personne est consciente et ne perd pas le contact avec le monde extérieur.

Le Larousse en donne la définition suivante : « État de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion ». Dans son appellation habituelle, l’hypnose est souvent dénommée « état modifié de conscience » (EMC). Cependant, le terme « état de conscience modifiée » me semble plus approprié, car il n’existe pas plusieurs degrés d’une même conscience, mais plusieurs états de conscience différents. Chertok a dénommé cet état de conscience modifiée « quatrième état », Roustang « veille paradoxale » ou « perceptude ».

Lire le suite...